Image

URBAN GUIDE

À l’affût de bonnes idées et adresses ? Expositions, festivals, concerts, boutiques, collections capsules, restaurants, bars… Toutes les dernières actualités et ouvertures de la Provence sont présentées dans notre rubrique Urban Guide. De quoi découvrir toute la richesse et la diversité du maillage culturel, shopping et gastronomique à tester sans attendre. Les créateurs locaux ont également la parole dans ces pages.

février 2021

Fondation Carmignac

  • La nouvelle fondation d’entreprise
  • Imaginez une île à quelques encablures de la côte varoise, sa plage d’Argent, son eau turquoise, ses pins, ses rochers et son petit village envahi par les touristes aux premiers week-ends ensoleillés. Vous êtes à Porquerolles, la plus grande des trois îles d’Or du golfe de Hyères. Ici, la Villa Carmignac nous accueille depuis 2018.
Image
Au détour d’un chemin, Les trois Alchimistes de Jaume Plensa, 2018. Fondation Carmignac – Adagp, Paris, 2019 - © Camille Moirenc

Imaginez une île à quelques encablures de la côte varoise, sa plage d’Argent, son eau turquoise, ses pins, ses rochers et son petit village envahi par les touristes aux premiers week-ends ensoleillés. Vous êtes à Porquerolles, la plus grande des trois îles d’Or du golfe de Hyères. Ici, la Villa Carmignac nous accueille depuis 2018.

Le voyage vers une île n’est jamais anodin. Couper les amarres, passer sur l’autre rive, même si pour le coup, ce n’est pas la mer à boire car en 15 minutes nous sommes rendus à destination. L’initiation s’avère bucolique portant nos pas vers le Domaine de la Courtade, racheté par le financier Edouard Carmignac à son récent fondateur (1983) Henri Vidal, lequel consacrait ses 35 hectares de vigne au bio depuis 1997. On y produit en particulier le « petit rosé » de l’île que chacun s’empresse de déguster à l’apéritif, en particulier aux remises des prix de régates qui émaillent la belle saison. Mais Edouard Carmignac ne se contente pas de cet engagement de gentleman-farmer.
A l’orée du domaine il installe sa fondation d’entreprise, transforme un corps de ferme en centre d’art contemporain, dont il confie la direction à son doué de fils Charles, capable de naviguer entre Sciences Po et guitare pour la jolie famille Moriarty.Mélodie en sous-sol. Dans la bâtisse basse, plate, nous nous immergeons dans les 2 000 m2 d’exposition, sous le plafond aquatique, comme des poissons dans l’eau. Pieds nus, nous parcourons le musée invisible, chaque escalier est une surprise, chaque salle une superbe pêche. Une nouvelle exposition annuelle s’articule autour d’un fonds réjouissant réunissant les grands noms du pop art. Andy Warhol, Roy Lichtenstein, Keith Haring, Jean-Michel Basquiat (et l’étonnant portrait d’Edouard Carmignac), Gerhard Richter, Andreas Gursky, Martial Raysse, Zhang Huan, Korakrit Arunanondchaï, Richard Prince ou Sterling Ruby en composent le menu. Sans oublier un Botticelli, les coups de cœur ne sauraient être sectaires !
Chaussons nos espadrilles et promenons-nous dans le parc autour de ce mas provençal planté en cœur de forêt méditerranéenne. Parcourons ses 15 hectares aménagés par le paysagiste Louis Benech. De surprises en découvertes, de bosquets en clairières, la balade nous dévoile un jardin de sculptures des plus enrichissants. Et c’est sans évoquer le Prix de Photojournalisme qui permet à un journaliste lauréat de réaliser un reportage d’investigation qui enrichit depuis plus de 10 ans les engagements de cette famille très tendance. Avec eux, on célèbre la mer, l’art, le talent, la nature sans jamais se déconnecter de l’actualité. D.J