Image

URBAN GUIDE

À l’affût de bonnes idées et adresses ? Expositions, festivals, concerts, boutiques, collections capsules, restaurants, bars… Toutes les dernières actualités et ouvertures de la Provence sont présentées dans notre rubrique Urban Guide. De quoi découvrir toute la richesse et la diversité du maillage culturel, shopping et gastronomique à tester sans attendre. Les créateurs locaux ont également la parole dans ces pages.

février 2021

Villa Noailles

  • Expérimentale depuis toujours
  • Etrange destin que celui de cette maison vouée au mécénat depuis sa création. De son histoire chaotique nous retiendrons qu’il faut y croire, encore et encore et que le destin dépend de volontés farouches.

Villa Noailles
Expérimentale depuis toujours

Etrange destin que celui de cette maison vouée au mécénat depuis sa création. De son histoire chaotique nous retiendrons qu’il faut y croire, encore et encore et que le destin dépend de volontés farouches. 

Image
La maison Modern style du légendaire couple de mécènes. / © Olivier Amsellem
Dans les années vingt, un couple d’aristocrates visionnaires, Marie-Laure et Charles de Noailles commandait à Robert Mallet-Stevens assisté par l’architecte local Léon David cette villa qui allait devenir une des premières constructions françaises de style moderne. Ce symbole du mouvement rationaliste privilégie la lumière, la simplicité, le confort, l’ergonomie. Les Noailles s’adressent à la fine fleur des designers – décorateurs de l’époque qui signent le mobilier de leur « petite maison du Sud ». Marcel Breuer, Sybold van Ravesteyn, Theo van Doesburg, Djo-Bourgeois, Eileen Gray, Charlotte Perriand additionnent leurs talents autour des toiles imprimées de Raoul Dufy et des tissus de Sonia Delaunay. Un petit jardin cubiste signé Gabriel Guevrekian complète le dispositif. Créée par de grands mécènes, la villa devient rapidement le rendez-vous de l’avant-garde artistique, fréquentée par Giacometti, Cocteau, Picasso, Dalí, Buñuel ou Man Ray. Belles et grandes heures.
Après le luxe, la maison cédée à la municipalité, bien qu’inscrite au titre des monuments historiques, subit une longue période d’abandon et il faudra attendre quelques années pour que, sous l’impulsion de Jean-Pierre Blanc, elle recouvre vie et ardeur. L’enfant du pays, alors adjoint à la Culture de la ville d’Hyères, y crée il y a trente-cinq ans le Salon des Stylistes qui va devenir un festival international de mode. Depuis, de nombreux appels à candidatures préparent chaque année l’événement à venir, concours de mode, de photographie et d’accessoires, les jurys professionnels hautement confirmés valident la manifestation. Tour à tour, on y a rencontré Martin Margiela, Helmut Lang, Jean Paul Gaultier, Azzedine Alaïa, Ann Demeulemeester, Christian Lacroix, Yohji Yamamoto pour ne citer qu’eux, s’affairant depuis à dévoiler de nouveaux talents.
Jean-Pierre Blanc ne s’arrête pas en si bon chemin. Il installe une programmation unique en faisant de la Villa le seul centre d’art d’intérêt national dédié à l’architecture (exposition en février), à la mode et la photographie (avec son festival annuel) et au design grâce à Design Parade. Cette originalité doublée d’une grande exigence dans les choix en fait un lieu unique. Aujourd’hui, la Villa Noailles s’implique dans l’accession des enfants à la culture. Eduquer le regard, générer des émotions, en relation avec l’Education Nationale, le festival Pitchouns s’adresse aux plus jeunes. Belles perspectives pour ce lieu atypique. D.J