Image

PORTRAITS

Ils sont artiste, cheffe étoilée, designer ou apiculteur, pilote automobile ou créatrice de mode. Leur point commun ? Ces personnalités glamour ou au cœur de la vie culturelle, économique et sociale régionale sont les moteurs de l’actualité azuréenne. Découvrez sans filtre le témoignage de leur parcours, leurs rêves, leurs ambitions et leurs projets à venir.

décembre 2021

Anaëlle Marot

  • Prix Environnement
  • Aventurière et engagée
Image
Anaëlle Marot alias Cap'tain Azurama./© Yann Arthus-Bertrand

2020, de l’Espagne à l’Italie, en vélo et en kayak, 1 000 kilomètres en solitaire. 3,5 tonnes de déchets ; 2021 descente de la Loire en kayak, suivant le même chemin qu’une bouteille plastique, 2 mois de descente, en solo, jusqu’à l’océan. À la force de ses muscles et de son mental, Anaëlle Marot accumule les kilomètres. Une jeune femme aventurière qui force l’admiration ! À 28 ans, la jeune aventurière évoque son enfance dans les Deux-Sèvres. « Un de mes premiers terrains de jeu était le petit cours d’eau près de mon village. Je prenais conscience, déjà, de sa fragilité, de sa pollution. Mon expérience Erasmus en Sardaigne a conforté ce constat au niveau marin. Une des plus belles mers du monde victime du plastique, inacceptable pour moi. »
Master en comportement animal en poche, la jeune femme poursuit ses études à Avignon pour étudier le tourisme en droit et gestion, appliqué à l’économie sociale et solidaire avec pour objectif le développement durable. Là, son engagement associatif s’ancre, notamment lors du Festival du film d’aventures et de découvertes du monde. La projection du film « Le grand Saphir » est le déclic. « Je ne vois sur les images que des hommes aventuriers… Et si j’étais la première femme ? » « Projet Azur » se dessine pour débarrasser les eaux de leur pollution. Dès lors, elle reçoit des soutiens, de l’équipe du film, de proches, l’éclairant également devant les difficultés qu’elle ne manquerait pas de rencontrer. « Mon entourage a cru en moi, m’a donné de l’énergie, je ne la remercierai jamais assez. Oser se jeter à l’eau est assez vertigineux et leur force m’a été précieuse. » Sa plus grande victoire est le côté inspirant de ses actions plus que l’exploit sportif qu’elles représentent. Et d’ajouter en souriant qu’en voyant « cette nana-là en kayak, toute seule, ramasser des déchets » beaucoup ont réfléchi à ne plus jeter leurs mégots et à acheter sans emballage ! Conscience et action, le duo gagnant. Le particulier est touché, son plus grand défi ? Toucher les entreprises…
Les défis 2022 ? Une continuité sur les parcours déjà ouverts et un 3e qui sera dévoilé en février.

 

Par Valérie Rouger

Association : Tout sur ma Mer - Localisation : Avignon - Création : 2018 - Activité : porte le Projet Azur au service de l’environnement - Présidente : Anaëlle Marot - Collaborateurs : MAIF, Lafuma, Fondation de la Mer, Gouvernement Princier de Monaco, Cyclable, Recyclop, Sauvage Méditerranée, Pique RP

Image
Solène Chevreuil alias Sousou.

Projet Azur

Association loi 1901, Projet Azur est créé en 2019 pour organiser des collectes de déchets sauvages. À cette évocation, Anaëlle pense à son premier sponsor, la Maïf, soutien opérationnel, financier mais aussi moral. L’aspect dépassement de soi de son projet touche la marque sportive Lafuma et la Fondation de la Mer qui s’engagent à ses côtés ainsi que l’association Mer Terre d’Isabelle Poitou. Aujourd’hui, le projet a pris de l’envergure, devenant un collectif d’aventurières. Solène Chevreuil est la deuxième aventurière aux côtés d’Anaëlle ; elles sont accompagnées d’un conseil de 5 « sages » expérimentés, bienveillants et sécurisants et de 3 « projecteurs » qui œuvrent à la mise en lumière de l’association. Le « Projet Azur » fédère autour de ses actions et a révélé l’importance d’une coordination de 3 principaux acteurs pour affronter la gestion du plastique : les citoyens, les industriels et les politiques.
« Pour soutenir le projet, vous pouvez réduire votre consommation de plastique, participer à nos événements ou faire un don qui nous permettra de sensibiliser plus loin », conclut l’aventurière !