Image

PORTRAITS

Ils sont artiste, cheffe étoilée, designer ou apiculteur, pilote automobile ou créatrice de mode. Leur point commun ? Ces personnalités glamour ou au cœur de la vie culturelle, économique et sociale régionale sont les moteurs de l’actualité azuréenne. Découvrez sans filtre le témoignage de leur parcours, leurs rêves, leurs ambitions et leurs projets à venir.

juin 2024

Laetitia Djian

La plage en terrain de jeu

Par Laurence Jacquet
Image
Image

Installée à Nice, Laetitia Djian est la fondatrice et la créatrice de Las Bayadas, une marque née en 2015 sous le soleil de Sayulita au Mexique. Depuis le début, son leitmotiv reste le même : faire prospérer l’artisanat mexicain et ses ateliers grâce à sa ligne d’accessoires intemporelle et colorée. Après des études aux Beaux-Arts Paris et quelques expériences dans la mode en Inde et en Chine, Laetitia décide de partir vivre à l’étranger et tombe amoureuse de Sayulita – un village du bout du monde situé sur la côte Pacifique du Mexique. Elle s’y installe et ouvre une boutique « de souvenirs » garnie d’objets locaux. C’est à ce moment-là que cette fille créative décidera d’utiliser un textile local traditionnel typique – un drap ultraléger, mélange de coton recyclé, polyester et acrylique – pour faire des paréos de plage XXL. Ainsi commence l’histoire de Las Bayadas, un nom inventé résultant du mot « bayadère » (pour les rayures) doté d’une consonance mexicaine. « J’ai réussi à trouver le fabricant de ce mystérieux textile du Mexique qui me plaisait tant. Ce fut une véritable enquête ! Je voulais créer une marque intemporelle en optimisant le savoir-faire local – ajouter de la qualité et travailler avec mes propres gammes de couleur – pour réaliser des produits qui plaisent au goût européen voire américain. Je voulais un business qui ait du sens, une façon de remercier le pays qui m’avait accueillie. Depuis, ma collection Las Bayadas s’est étoffée de sacs, pochettes, cabas… et je fais désormais vivre trois ateliers mexicains dont l’un contribue à l’insertion de personnes par le biais d’une école de couture. Défendre la cause des femmes du pays est l’une de mes priorités dans mon travail ».

Pour partager l’article :

+ de portraits