Image

PORTRAITS

Ils sont artiste, cheffe étoilée, designer ou apiculteur, pilote automobile ou créatrice de mode. Leur point commun ? Ces personnalités glamour ou au cœur de la vie culturelle, économique et sociale régionale sont les moteurs de l’actualité azuréenne. Découvrez sans filtre le témoignage de leur parcours, leurs rêves, leurs ambitions et leurs projets à venir.

mai 2024

Christine Lidon

Contrebande musicienne

Par Tanja Stojanov
Image
Image

On m’aurait dit il y a 20 ans que je serais un jour présidente du conseil d’administration de la Sacem, je n’y aurai pas cru deux secondes », lance Christine Lidon en toute simplicité. Or c’est aujourd’hui à ce poste qu’elle défend les droits des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique. Née à Nice, c’est sur scène avec Les Bandits que cette rockeuse a débuté dans les années 1980. Un groupe dont elle était d’ailleurs la seule nana et meneuse. « C’est comme ça que je suis partie à Paris, où je suis restée 25 ans et où j’ai débuté après une carrière solo. Ma mère me disait que le courage, c’est quand on a peur de quelque chose et qu’on le fait. Alors je ne sais pas toujours où je vais, mais j’y vais », ironise cette fonceuse, aujourd’hui chevalier des Arts et des Lettres. Son style à elle ? Un rock énervé, avec toujours un truc sentimental. En tant qu’autrice-compositrice, Christine Lidon a écrit pour Axel Bauer, Les Natives, Calogero, David Hallyday, Lara Fabian et d’autres. Revenue vivre à Nice en 2008, elle a fait partie des premières à rejoindre La Station au 109. « C’était pour moi un retour aux sources et j’y ai installé mon studio. J’ai lancé ici les premiers ateliers d’écriture pour les élèves des écoles voisines », poursuit celle qui partage désormais son temps entre ce studio niçois et Paris. Ses objectifs à la Sacem ? Faire respecter les droits des autrices et auteurs à l’heure de l’Intelligence artificielle, transmettre aux mômes l’art de fabriquer des chansons ou composer des morceaux, mais aussi défendre la parité. « Je ne me suis jamais sentie victime et je ne suis pas féministe pour moi mais parce que je trouve hallucinant qu’il y ait autant de filles dans les conservatoires qui disparaissent ensuite. On est encore très loin de l’égalité en termes de visibilité », déplore la présidente. Après les tubes ironiques de son groupe azuréen Les Blondes, Christine a aussi réuni une pléiade de filles dans le rock band transgénérationnel Contrebande. Une force vive. 

Pour partager l’article :

+ de portraits