Cru 2018

second_soufle.jpg

Un nouveau souffle


05.2018

Il y a ceux qui visent un public plus jeune en lançant de simples modèles trois aiguilles en acier. Et il y a ceux qui font démonstration de leur savoir-faire. Le cru 2018 ne connait pas la demi-teinte.

Le ton était donné au SIHH, premier grand salon de l’année. Plus connectée que jamais, l’édition 2018 proposait une application pour smartphones, de nouveaux lieux d’échanges interactifs et des White Box, studios mobiles pour préparer les posts des réseaux sociaux. Sur les stands, Vacheron Constantin a créé le buzz en lançant la Fiftysix en acier, sa montre la plus accessible, dans le but de satisfaire une clientèle plus jeune. À Baselworld – autre grand rendez-vous –, l’horlogerie semble atteinte d’une crise de jeunisme. Quand Girard-Perregaux illustre sa nouvelle orientation, plus contemporaine, au détour de la Répétition Minutes Tri-Axial, Roger Dubuis livre des versions colorées de son Excalibur. La nouvelle politique ? Se reconnecter avec la réalité et surtout avec les jeunes en lançant des modèles plus pragmatiques. Zenith remportera tous les suffrages avec sa DEFY Classic en acier.

Haute voltige
Toutefois, l’horlogerie suisse ne perd pas de vue ce qui fait sa renommée. L’année 2018 restera marquée par la bataille de l’extra-plat. Audemars Piguet relève le défi avec la Royal Oak RD#2, le quantième perpétuel le plus fin du monde ! Bras de fer entre Bulgari et Piaget qui présentent aussi les leurs : l’Octo Finissimo Tourbillon Automatique pour la première et l’Altiplano Ultimate Concept pour la seconde. Car l’horlogerie ne serait pas l’horlogerie si elle ne roulait pas des mécaniques. Ainsi, la maison Graff éblouit avec des montres de haute voltige. La MasterGraff Métiers d’Art allie techniques complexes des métiers d’art et tourbillon volant dans une boîte étonnamment fine tandis que la GyroGraff Drive met en scène 3 complications sur 3 cadrans inspirés par la course automobile. De véritables chefs-d’œuvre !

Anniversaires en grande pompe
Quand les manufactures ne présentent pas des garde-temps issus de collaborations – Hublot et la FIFA ou Richard Mille et le joueur de polo Pablo Mac Donough –, elles reviennent aux sources en célébrant un anniversaire. Tag Heuer sort la Tag Heuer Gulf Special Edition – vous savez, la montre de Steve McQueen ! –, 50 ans après l’apparition des rayures bleues et orange. Rolex fête le 55e anniversaire de sa mythique Daytona, Jaeger-LeCoultre rend hommage à son modèle de 1958 avec la collection Polaris et Chopard célèbre ses 30 ans de partenariat avec la course Mille Miglia. Chez Harry Winston, la collection sportive Ocean souffle ses 20 bougies et s’enrichit d’un calendrier perpétuel bi-rétrograde. La maison gâte aussi les femmes avec 4 nouveaux modèles Ocean.

Ce que veulent les femmes
Côté complications, les femmes, de plus en plus connaisseuses, sont tout autant impliquées par les manufactures. Pour preuve, Audemars Piguet conjugue pour la première fois sa « Concept » au féminin avec la Royal Oak Concept Flying Tourbillon et Richard Mille offre un mariage inédit de céramique noire et diamant pour son calibre CRMA2. Van Cleef & Arpels les invite à regarder vers le ciel avec la Lady Arpels Planétarium tandis que Graff imagine la Graff Floral, une montre animée de trois bouquets. Enfin, Chanel, maison préférée des élégantes, poursuit son odyssée horlogère avec le Calibre 3, un mouvement squelette visible dans le très réussi boîtier de la Boy.Friend.