Portraits

spectacle_zemour.jpg

Photographie danseurs de Jean-Claude Carbone

Nicolas Zemmour

  • La danse au corps

02.2019

« La cellule familiale est essentielle pour moi. Elle a nourri toutes les étapes de ma vie, des plus douloureuses aux plus joyeuses. C’est d’ailleurs mon père qui endosse le rôle d’assistant conceptuel des chorégraphies de la compagnie Zemmourballet que j’ai fondée il y a deux ans. Et pourtant, la danse ne faisait pas du tout partie de mes projets… Elève plutôt brillant, je me dirigeais a priori vers les classes prépas jusqu’à ce que je rencontre la danse enseignée par Sébastien Oliveros dans une Maison Pour Tous à Marseille. Changement radical de braquet et, aussitôt, me voilà inscrit au Conservatoire d’Avignon. A 18 ans ! Ce qui est très tard pour un danseur. »

Dépasser le temps
« Le travail a fait le reste puisque je suis sorti diplômé en 2008 et ai poursuivi ma formation à la Folkwang Hochschule Essen pour apprendre la technique et la philosophie de danse de Pina Bausch sous la direction de Dominique Mercy. Un véritable choc qui marquera à jamais ma façon d’aborder la danse contemporaine. Suite à cette expérience, je rejoins le Ballet Preljocaj en 2009 tout en dansant pendant un an et demi avec le Ballet du Bolshoi à Moscou. » Il faut donc attendre 2013 pour que Nicolas crée ses propres pièces et réalise sa passion pour la chorégraphie qu’il enseigne d’ailleurs aujourd’hui au Conservatoire d’Avignon. Le Zemmourballet voit naître sa première création en juin 2017 en collaboration avec Les théâtres de la Ville de Luxembourg, La brisure des vases. « Aujourd’hui, ma compagnie prend son envol mais pour atteindre notre altitude de croisière que je souhaite internationale, je ne vous cache pas que mécènes et partenaires seraient les bienvenus pour soutenir la nouvelle création La danse des visages. A bon entendeur !

www.zemmourballet.org

Par Louis Badie