VIVA BRAZIL

 

LdeO-Juliana-LLUSSA-HD Rodrigo-Almeida-personal-
JG20467 TRATADA 4x4 portraitweb

Attention

  • talents !

05.2014

Entre métissage et tropicalisme, modernisme et upcycling, les designers brésiliens plongent dans leurs racines culturelles pour conquérir la planète. 

 

Juliana Llussá
Esthétique sculpturale

Cette amoureuse de la forêt brésilienne s’est formée à l’ébénisterie pour découvrir les riches­ses du matériau et apprendre les finesses d’exécution. Elle a d’ailleurs fondé sa propre me­nuiserie et obtenu la certification FSC (Forest Stewardship Council). La conception de chaque pièce prend comme point de départ le confort, l’ergonomie et la fonctionnalité, et s’exprime dans une esthétique de lignes droites sculptu­rales, à l’équilibre architecturé. En témoigne la biblio­thèque Arbol, une de ses pièces les plus connues. Chaque création est fabriquée selon les techniques traditionnelles de montage à la main, sans vis ni clous.

 

Rodrigo Almeida

Métissage multiculturel

Pour lui, un objet doit communiquer, faire partie de son temps et représenter sa culture. Au-delà des aspects matériels et culturels qui influent sur la réalisation formelle, il faut prendre en compte la dimension immatérielle, c’est-à-dire le mode de vie brésilien. Une culture jeune avec peut-être moins de tradition dans la conception et la réalisation d’objet
que les pays européens, mais avec néanmoins des références historiques et esthétiques distinctives issues des racines indigènes, por­tugaises, indiennes ou africaines propres au Brésil. S’inscrivant dans la lignée des frères Campana, les œuvres de Rodrigo Almeida placent le métissage et le recyclage au cœur du procédé. Si l’exploration de cette identité multiculturelle est à la base de son travail, il ne s’agit pas de reproduire ou d’améliorer des concepts déjà existants, mais de s’en inspirer.

 

Zanini de Zanine Caldas

Entre artisanat et nouvelles technologies

Zanine, né en 1978, a grandi en regardant son père travailler, le célèbre architecte José Zanine Caldas, connu pour ses conceptions modernistes et pour défendre la cause de l’artisanat et des matériaux locaux. Flambeau que reprendra son fils dès 2003 avec sa collection de meubles intitulée Carpintaria contemporânea (qui signifie menuiserie contemporaine), où il utilise du bois massif issu de la démolition de maisons (colonnes, poutres et poteaux). Dans un contrepoint intéressant, Zanine aime également travailler avec les nouvelles tech­nologies et l’expérimentation de matériaux. Trez, par exemple, fauteuil à la forme sculpturale en aluminium découpé au laser, est une relecture du travail de deux grands artistes : le sculpteur Amilcar de Castro, célèbre pour l’utilisation poétique de la découpe et du pliage de l’acier, et le père du design moderne brésilien, Joaquim Tenreiro, créateur de la chaise sur trois pieds.

 

 

Brunno Jahara

Entre design et objet d’art

 

Il est né à Rio de Janeiro, mais, esthétiquement et techniquement, s’est formé en Europe. Son travail est très souvent un mélange de formes organiques de style tropical, avec l’utilisation d’une grande variété de matériaux. Cette combinaison donne des résultats uniques où chaque pièce devient objet de collection. Il s’inspire de ce que la société rejette. Ainsi, il récupère divers objets en plastique comme des bouchons de bouteille et leur donne une nouvelle vie. Pour Vialight, il crée en 2010 les lampes Batucada qui évoquent selon lui « des formes industrielles classiques du XXe siècle, mais dont les surfaces martelées et les coloris vifs mettent en exergue leurs imperfections et leur caractère unique, les muant ainsi en nouvelles icônes contem­po­raines ». En touche-à-tout instinctif et sans limite, Jahara décline l’éventail de son talent : graphisme, installation, objets, luminaires, bijoux, mobilier…