Design printemps 2018

 

 mitri tissus 1bis

Mitri Hourani parmi ses tissus dans son atelier marseillais .

Mitri Hourani

  • La deuxième peau

03.2018

Les tissus, les tissus et encore les tissus. Le designer styliste réalise la majeure partie de sa production à partir de sublimes étoffes. Comme une invitation au voyage.

 

Mitri Hourani se revendique styliste plutôt que designer. D’origine franco-libanaise, il vit dans un loft immense, son lieu de vie et de travail comme il se plaît à le souligner. C’est dans les années 80 qu’il acquiert cet ancien moulin désaffecté aux Chutes-Lavie, à Marseille. « J’ai mis très longtemps pour transformer cet espace. Je voulais que nous nous apprivoisions mutuelle­ment, sans heurt ». Et tout s’est organisé comme par enchantement, avec le temps : l’atelier au rez-de-chaussée, le bureau à l’étage et encore au-dessus le vaste appartement terrasse. Dans son travail, il part toujours de l’existant, avec l’objectif de convoquer l’affect et la mémoire de ses clients. À son rythme, il fait ce qui lui plaît et uniquement cela. Styliste de formation, Mitri aime le contact des tissus colorés et des matières nobles (métaux, cristal, bois...), qu’il mêle toujours avec audace. Sous la marque Boboboom, il confectionne essentiellement des luminaires et des petits meubles, chaises, tabourets qui signent ses réalisations (hôtels, bars, restaurants, musées...). Son objet, ou plutôt sa matière ? Le tissu bien sûr. Du 100 % coton. Nappes, serviettes, voilages, mais aussi habillage de fauteuils, canapés... « Les tissus de la collection Boboboom se prêtent à tous les usages. » En janvier 2018, il a présenté sa nouveauté, le motif jungle, un ravissant camaïeu de verts et de feuillages exotiques. Mais, rassurez-vous, il diffuse toujours les deux motifs canevas, ses tissus stars.

 

boboboom.com