Portraits

 

Charlie_Siem_PIC2.jpg

Le violonniste Charlie Siem, aussi charismatique sur scène que devant les objectifs des photographes. Ici, avec son «d'Egville», violon fabriqué il y a 300 ans.

Charlie Siem

  • Le dandy violoniste

04.2019

Avec ses airs de play-boy, son accent british et son large sourire, Charlie Siem dépoussière et apporte une touche glamour à la musique classique. Rencontre avec l’un des violonistes les plus talentueux de sa génération.

Il a ses habitudes à Londres, New York et Paris, mais c’est bien à Monaco que le musicien a décidé de poser ses valises. Résident monégasque depuis quelques années, en marge de ses tournées internationales, Charlie Siem aime se produire en Principauté et dans le sud de la France. Après Beaulieu-sur-Mer, il rencontrera prochainement son public à l’opéra de Nice, sous la direction musicale de Derrick Inouye. Au programme : l’unique Concerto pour violon du Finlandais Jean Sibelius, créé sous la baguette de Richard Strauss. « Mon violon est le prolongement de ma main. La musique est devenue toute ma vie, sans que je le réalise vraiment. C’était une évidence. Sur scène, je suis transporté par les mélodies de ces illustres compositeurs. C’est un voyage personnel au plus près des émotions qu’ils ont voulu retranscrire. »  À l’âge où les bambins sont captivés par les mélodies du répertoire Disney, un morceau de Beethoven joué par Yehudi Menuhin retient l’attention de Charlie. À seulement trois ans, il jouera ses premières gammes et plus tard, lorsqu’il intègre l’Université de Cambridge, il peaufinera son art auprès d’Itzhak Rashkovsky, puis du talentueux Shlomo Mintz. Et comme si tout cela ne suffisait pas, ce n’est pas avec un violon ordinaire que le trentenaire se produit, mais avec le « d'Egville », façonné il y a près de trois cents ans et ayant appartenu au grand Yehudi Menuhin. Sur son quatrième album, intitulé Under the stars et produit par Sony, le musicien a ajouté Canopy en bonus, sa toute première composition. « C’était un challenge, mais l’écriture m’a permis de me sentir connecté aux grands compositeurs, de mieux les comprendre. Une fabuleuse expérience ! »

Icône mode
L’autre facette de la vie de Charlie se joue dans les studios photo et les défilés haute couture. Après avoir offert un concert privé à Lady Gaga lors d’une soirée privée, il s’est produit sur les planches auprès d’artistes tels que Bryan Adams, Jamie Cullum et The Who. Le Kaiser de la mode en personne, le regretté Karl Lagerfeld, l’a également photographié pour son projet The little black Jacket. Passé devant l’objectif de photographes tels que Mario Testino ou Bruce Weber, le jeune homme a enfin participé aux campagnes Dunhill, Dior Homme, Hugo Boss et pris la pose pour Vogue Magazine, GQ, Harper’s Bazaar et Vanity Fair. On l’aura compris, le violoniste globe-trotter n’a pas fini de faire parler de lui.

www.charliesiem.com - @charliesiem
Concert à l’Opéra Nice Côte d'Azur, les 7 et 8 juin prochain.

Par Caroline Stefani