ART & HORLOGERIE

 

richardmille 1
 poesie

POÉSIE ET ENCHANTEMENT


05.2014

Les montres ne sont pas seulement des objets qui donnent l’heure ! Elles sont aussi de miniatures forteresses enchantées qui font pétiller les yeux. Entrez dans un monde imaginaire.


Dans la course folle du temps, il est des manufactures qui nous plongent dans l’émerveillement de notre enfance. Les horlogers laissent alors parler leurs rêves les plus fous. Van Cleef & Arpels est de celles-là. Chaque année, la maison nous livre sa version du Temps Poétique. Le chapitre 2014 nous convie dans les étoiles. La Complication Poétique Midnight Planétarium est tout simplement fascinante. Inspiré des planétaires du XVIIIe siècle, ces objets qui permettaient de représenter en 3D le système solaire et le mouvement des planètes, ce garde-temps se dote d’un module développé par l’horloger Christiaan van der Klaauw. Le cadran composé de disques en aventurine nous permet de suivre la course de 6 planètes autour du Soleil, chacune dans une pierre différente, taillée à la main. Pas question d’aiguilles. Ici, l’heure se lit grâce à une étoile filante. Poétique et ludique, la montre permet aussi de choisir sur le calendrier un jour « porte-bonheur » – l’anniversaire de l’être cher, le jour de son mariage ou la date de naissance de son enfant. Une fois dans l’année, ce moment précieux sera marqué par la rencontre d’une étoile avec la terre. Même poésie chez Hermès, qui poursuit la litanie de son temps imaginaire en lançant la montre Dressage L’Heure Masquée. L’aiguille des heures se cache sous celle de minutes pour ne réapparaître qu’à la demande du porteur grâce à une pression sur le bouton intégré à la couronne. Puis elle s’efface à nouveau, tout comme le second fuseau horaire, qui lui aussi joue à cache-cache. Comment opère cette magie hédoniste ? Le calibre H1925 à remontage automatique est doté d’un mécanisme exclusif breveté, entièrement Manufacture.

 

 

L'HEURE MASQUÉE OU VIREVOLTANTE
Les épicuriens, qui n’ont que faire du temps qui passe, sont à la fête. MeisterSinger nous rappelle un temps où l’Homme ne courait pas après les heures, avec ses modèles mono-aiguille. Cette année, la gamme se complète d’un modèle à heure sautante, la Salthora. Les plus artistes et les plus songeurs d’entre nous apprécieront d’avoir une idée imprécise de l’heure qu’il est. Seule une aiguille marque le temps… Explications : sur le cadran, 144 segments représentant chacun 5 minutes, soit 12 segments par heure, nous permettent de connaître l’heure à quelques minutes près. Un modèle qui s’adapte à la perfection à la philosophie slow life qui convainc chaque jour d’avantage. Quant à Richard Mille, l’horloger indépendant nous épate en créant la RM 63-01 Dizzy Hands, comprenez heures virevoltantes. Inspirée par les premières lignes du poème de Nerval, Le Temps, ce bijou de romantisme nous invite à un moment de fantaisie et d’oubli. En effleurant le bouton-poussoir, c’est un véritable ballet qui se joue dans le boîtier. Le cadran se meut dans le sens inverse des aiguilles d’une montre tandis que l’aiguille des heures adopte une cadence différente. Soudain, voilà que la montre nous transporte dans une lecture totalement inédite du temps, à mille lieues de notre quotidien. Une fois ce temps en suspens terminé – vacances, rendez-vous romantique ou instant d’évasion – il suffit d’actionner à nouveau le bouton-poussoir pour retrouver l’heure normale, celle du commun des mortels.



Par Julie de los Rios