AEROPORT

 
 yvon grosso

 Yvon Grosso : Président de l’Union pour l’Entreprise des Alpes-Maritimes (UPE06) / Chair of the Union pour l’Entreprise des Alpes-Maritimes (UPE06)

 

Yvon Grosso


10.2015

« Les patrons azuréens en mode “Sentinelle” ! »

 

Fortes de ce qui s’est passé à Toulouse avec la cession de l’aéroport à un groupe étranger, sans la moindre concertation avec les acteurs locaux, les entreprises azuréennes ont su se mobiliser rapidement afin d’éviter une telle situation. Dès février 2015, par voie de presse et avec le soutien de nombreux chefs d’entreprise, j’ai souhaité alerter l’opinion publique sur l’enjeu majeur que représentait la cession de l’Aéroport Nice Côte d’Azur. Il était tout aussi essentiel de rappeler le rôle de la plateforme aéroportuaire comme seul outil stratégique de notre territoire. Il était dès lors de notre devoir de veiller à ce que les acteurs locaux soient associés à la gouvernance de la nouvelle société aéroportuaire. L’UPE06, porte-voix des entreprises de la Côte d’Azur, a multiplié les échanges avec les collectivités locales concernées et la CCI Nice Côte d’Azur, tout en nouant des contacts avec des investisseurs potentiels. Qu’en est-il aujourd’hui, alors que la loi Macron est votée et qu’elle permet dorénavant le lancement de l’appel d’offres, première étape vers la cession des parts de l’État ? Le gouvernement a entendu la voix des actionnaires locaux et des entreprises azuréennes grâce au dialogue engagé depuis le début de l’année. Dans cette dernière ligne droite que constitue la rédaction du cahier des charges de l’appel d’offres, les actionnaires locaux (CCI, Métropole, Conseil départemental, Conseil régional) apporteront leur contribution à sa rédaction, garantissant ainsi la prise en compte des intérêts de notre territoire. L’UPE poursuit quant à elle son rôle de sentinelle, car si les entreprises n’excluent pas de participer au prochain appel d’offres, si cela s’avérait nécessaire ou opportun, leur priorité est avant tout que les intérêts du territoire soient préservés, en veillant à ce que l’aéroport de demain ait toujours sa mission d’intérêt général qui a fait de la Côte d’Azur ce lieu d’exception.