METTEZ-VOUS AU VERT!

 
ecodesign-octparis
 

Eco-design ou comment produire intelligemment ?


10.2014

Comment concevoir des objets impactant le moins possible l’environnement ? La solution : l’éco-design.



Les designers ont adopté la « green attitude ». Mais produire mieux c’est aussi offrir des objets de qualité, comme le confirme Jean-Sébastien Blanc de l’agence 5.5 designstudio : « Si les produits naturels sont par définition renouvelables, il ne faut pas croire qu’une chaise en plastique bien conçue que l’on gardera 10 ans, ait au final beaucoup plus d’impact sur l’environnement qu’une chaise en bois mal faite qui sera jetée au bout d’un an ». L’objectif est alors de lutter contre l’obsolescence des produits en proposant des objets de belle facture mais aussi et surtout plus intelligemment conçus grâce à l’intervention de designers responsables. « L’éco-design ne peut se réduire à la question des matériaux ou de process de fabrication. C’est une approche globale qui consiste à intégrer des critères environnementaux dès la conception d'un produit en prenant en compte l'ensemble du cycle de vie de celui-ci, de sa source, c’est-à-dire l’extraction de matières premières nécessaires, jusqu’à sa fin de vie. » Selon un rapport de l’Ademe, en 2009, un Français produisait 374 kg de déchet par an, dont 20 % liés aux emballages. « Au lieu de développer des filières de recyclage qui consomment de l’énergie, pourquoi ne pas réfléchir dès l’origine du produit à créer un conditionnement unique ? »

 

Allier écologie, savoir-faire et innovation
Côté fabrication, on assiste au retour des matériaux naturels et non-polluants à produire tels le bois, la pierre, la laine dont sont faites les chaises Triku, aux lignes inspirées des Dolmens, signées Samuel Accoceberry. Mais se développent également des matériaux issus de l’innovation technologique. « Toute une nouvelle génération de designers a su rendre positive cette préoccupation du développement durable en adoptant, non pas une position de repli vers des pratiques anciennes, mais au contraire en se tournant vers l’avenir » explique Anne-Marie Boutin, directrice de l’APCI (Agence pour la Promotion de la Création Industrielle). Comme le prouve la chaise Katra du studio nantais Aparte fabriquée en composite d’origine végétale, la ramie, fibre issue d’une variété d’ortie aussi résistante que la fibre de verre. De son côté Elise Gabriel utilise le Zelfo, un matériau à base de cellulose pour assembler les différents éléments de ses chaises et ses tables, rendant ainsi inutiles colle et vis. On parle alors d’économie de moyen. Le souci de préservation de l’environnement est donc présent à chaque étape de création.

 


Par Alexandre Benoist