LES PETS

 
 chat sur lenet
 

Lolcats :

  • morts de rire ?

03.2015

Les minous et les toutous règnent en maître sur la Toile depuis 10 ans. Et ce n'est pas une blague. Ce phénomène planétaire peut-il s'expliquer sérieusement

 

Personne n'est capable d'expliquer pourquoi les photos d'un minou écarquillant les yeux ou d'un autre filmé en train de se gaufrer du rebord de la fenêtre pullulent sur le Web ! « Stupid and contagious » chantait Nirvana... Oui, mais pas que. Née aux États-Unis en 2005, la thématique du chat rigolo porte un nom : Lolcat – contraction de l'acronyme LOL (lots of laugh) et du « chat » version british. Cela combine généralement une image fixe (ou pas) avec une légende humoristique mal orthographiée – oui, pour les anglo­phones, les minous ne savent pas s'exprimer dans un anglais correct – et constitue l'un des phénomènes viraux les plus marquants de l'histoire du Web. Les Lolcats constitueraient jusqu'à 26 % des images attachées à un mail. Not a joke ! La compréhension de ce phénomène reste un mystère, n'ayant pas encore fait l'objet de toute l'attention qu'il mérite de la part des sciences sociales « car, plus que jamais, un travail interdisciplinaire est nécessaire pour jeter une lumière sur cette transformation majeure de nos sociétés », affirme le sociologue Denis Colombi sur son blog. Mais deux approches l'intéressent plus : « On serait tenté de faire un parallèle entre le statut que les chats ont acquis aujourd'hui avec celui qu'ils occupaient jadis dans l'Égypte des pharaons : traités comme des dieux, révérés, admirés, les Lolcats pourraient s'interpréter comme une continuation de la momification, une façon de le traiter à l'égal de son propriétaire en lui donnant une place et une existence sur la Toile. Le Lolcat témoigne aussi d'une nouvelle étape dans la progression de la civilisation, d'une nouvelle forme d'habitus. Il y a une soumission totale de celui-ci au mignon. Le "cute" (mignon) exerce sur nos esprits une puissance démesurée : il est la clef pour nous faire agir, nous contrôler ». D'accord pour exploiter le chat mais seulement en le faisant sur le compte de la mignonnerie !

 

Un phénomène ancien
Cent ans avant le Web, bien avant la razzia des Lolcats, nos chers animaux de compagnie étaient déjà grimés en humains pour amuser la galerie... Dans les années 1870, le photographe anglais Harry Pointer rencontre le succès avec une série de cartes de visite où figurent ses propres minets. En Amérique, Harry Whittier Frees (1879-1953) démarre sa carrière par l'illustration de cartes postales avec chats, chiens et lapins en tenue d'époque. « Pour résumer, quand un animal est domestiqué, il y a des conséquences sur son physique qui évolue pour paraître plus juvénile, commente Chris Menning, Community Manager du site KnowYourMeme. En ayant l'air plus infantile, donc plus craquant, l'animal a plus de chances d'attirer l'attention de l'homme qui s'en occupera. » Ce qui est le cas et aujourd'hui dans des proportions qui ont dépassé tout ce que l'on peut imaginer, comme le prouve la vague des réseaux sociaux qui leur sont consacrés.

 

Meetic pour chat
« Y avait-il vraiment besoin d'un Facebook pour chiens et chats ? » demandait une journaliste de Libération qui, en enquêtant sur le sujet en octobre 2014, agréait le sujet par un « ouaf » de contentement ! « Le seul site qui vaille le coup s'appelle Yummypets », affirme-t-elle après avoir recensé Zanibook (« moche »), Unitedcats (« traduit avec les pieds »), Catmoji (« ambiance kawaii » ou gnangnan), Wamiz (« aussi basique que cucul »). D'origine française, comme son nom ne l'indique pas, Yummypets (yummy signifie miam-miam en anglais) est tout pareil qu'un réseau social pour humains sauf que les propriétaires d'animaux peuvent assouvir leur passion sans qu'on se moque d'eux. Le site est un vrai repaire pour photographes amateurs qui se disputent la vedette lors de concours sponsorisés par des marques de pâtée, échangent conseils et informations, acquièrent le dernier collier trendy à la boutique, consultent les petites annonces, etc. Dans le même genre, Pets Dating, qui s'affiche aujourd'hui comme le premier site de rencontre de tous les animaux, était lancé fin 2007 avec le but clairement énoncé de « faciliter les saillies ». Toute ressemblance avec des sites de rencontre pour humains serait totalement fortuite. Ou pas.

 

Par Mireille Sartore