LES PETS

 
 DAURIAS
 

Olivier d’Auria

  • un photographe « animal »

03.2015

Ce spécialiste du portrait animalier offre à chaque cliché une rencontre faite d'émotion et de sensibilité. Des images instinctives.

 

Il a commencé sa carrière professionnelle comme cuisinier. Pourtant un événement va basculer sa vie. « Je passais le cap Horn à la voile. Mais j'ai dû m'enfuir du bateau en pleine nuit parce que les personnes qui m'accom­pagnaient étaient mal intentionnées. Quand j'ai regagné la terre, je me suis perdu dans la pampa pendant trois jours. J'ai eu peur, froid, faim et je me suis même fait attaquer par un puma. » Finalement il s'en sortira indemne ou presque... Mais un déclic s'était produit. De retour en France, il décide de prendre sa vie en main et de faire ce qu'il avait toujours eu envie de faire : regarder le monde à travers ses propres sentiments. « Une expérience comme celle que j'avais vécue ne peut pas se raconter avec des mots. La seule manière que j'avais d'exorciser la peur que j'ai connue c'était la photographie. C'est depuis devenu une philosophie de vie. Un photographe n'est pas là pour photographier un sujet mais son ressenti. ». Si Olivier d'Auria intervient dans tous les secteurs (architecture, joaillerie...), son exercice de prédilection est le portrait et, en particulier, celui d'animaux. Pourquoi ? « Ce n'est pas un choix conscient. Les animaux sont venus à moi, moi à eux, et cela s'est concrétisé par la photographie ». Une rencontre donc. Entre homme et animal ? La frontière est bien plus subtile que ça. « Depuis le cap Horn, j'ai le sentiment d'avoir développé quelque chose que je n'avais pas avant. Une chose très animale, de l'ordre de l'instinct. Les animaux le ressentent et même quand ils sont, selon les dires de leur propriétaire, habituellement agressifs avec les hommes, il se crée un contact immédiat entre eux et moi. » Les clichés d'Olivier d'Auria, dont certains demandent plus de 30 heures de travail, transcendent le modèle avec émotion pour nous amener à nous interroger sur ce qui, en définitive, anime un chien ou un chat. Ne sont-ils vraiment que des bêtes ?

 

www.olivierdauria.com